Spécial Salon du Handicap 2018

APF Entreprises : Le succès du travail collaboratif et de la cohésion d’équipe

Ce lundi 28 mai 2018 s’est déroulé la 3ème édition du Salon du handicap – Emplois et achats responsables. Cet événement s’est imposé comme incontournable pour tous les acteurs du secteur protégé et adapté et de l’ESS (Economie Sociale et Solidaire) qui n’ont pas manqué ce rendez-vous propice aux rencontres professionnelles. Acteur majeur et partenaire des Echos sur le Salon du Handicap, APF Entreprises (APF France handicap) était également membre du comité scientifique définissant les contenus du Salon (Ateliers, conférences, thématiques…). Remarquable, le stand APF Entreprises était le reflet de la cohésion et du travail collaboratif du réseau.

Le Handicap encourage la performance

William Bastel 2JPG

William BASTEL- Responsable Marketing & Communication 

Accueillie très chaleureusement par William BASTEL, Responsable Marketing & Communication chez APF Entreprises, au sein du superbe stand de l’Association, j’ai eu le plaisir d’échanger avec ce professionnel tant au fait qu’engagé sur le sujet du handicap. C’est en compagnie de sa collaboratrice Edwige DANIEL qu’il répond à mes questions.

  Raïssa EYAAN : «  Vous avez participé, en tant que partenaire à l’organisation de ce Salon. Ce dernier qui est celui du Handicap est chapeauté par  Les Echos, Groupe LVMH, qui est plutôt orienté business. Quelle est la vision des véritables acteurs du secteur sur le fait que le sujet du Handicap revête une dimension business. Est-ce positif, négatif ? « 

APF entreprises 1

 

William BASTEL :  » La question se pose réellement de savoir si le handicap est un business ou est-ce un marché, dans la mesure où l’on peut traiter les personnes en situation de handicap comme des personnes valides et c’est très bien, mais il faut savoir que c’est un secteur qui peut être très lucratif également. Pas forcément pour nous, parce que ce n’est pas ni notre mission, ni notre objectif, étant donné que nous somme rattachés à une Association, dont la vocation est de promouvoir l’emploi et l’insertion professionnelle durable des personnes en situation de handicap. Il y a des acteurs externes aux handicap qui y voient un intérêt financier et c’est tout à fait envisageable, dans la mesure où c’est un espace qui était nécessaire car il permet à tous les acteurs du secteur de se rassembler, de se réunir et d’être visibles. Ce qui est vraiment important, parce qu’on a ce temps fort dans l’année qui nous donne une visibilité et qui nous permet, concrètement d’être légitime sur le marché de l’emploi, du travail et auprès des acheteurs et des clients.

Mais effectivement, la question se pose si le handicap est un secteur ou pas. A-t-on le droit de faire de l’argent avec ou pas ?

Chez APF Entreprises, on dit oui, c’est un marché, c’est un secteur et oui on peut faire de l’argent dans la mesure où l’argent est complètement réinvestit en faveur des personnes en situation de handicap et non dans un but uniquement mercantile… Et c’est ce que nous faisons chez APF Entreprises. Nous avons, cependant, besoin de business pour faire vivre nos activités, des clients, des prestations, car c’est ce qui nous assure d’avoir du travail pour ces personnes et leur permettre de continuer d’évoluer professionnellement. »

R.E. :  » N’ y a-t-il pas une question d’éthique quand-même ? Parce que si l’on adopte un positionnement ‘business is business’, n’est-ce pas la porte ouverte à tout un tas de dérives ou autres déviances ? « 

W.B. :  » Non, parce que concrètement, nous on garde en tête l’objectif social et donc on ne risque pas la dérive. L’idée c’est de toujours se demander ce que l’on veut véhiculer et qu’est-ce qu’on fait. Je pense qu’on est tout à fait capable de trouver la juste mesure si l’on conserve derrière l’objectif financier, la mission sociale. Ça pour moi, c’est capital, c’est-à-dire qu’il ne faut pas en déroger.  »

Cultiver la différence favorise la compétence

R.E. :  ‘Est-ce la vision d’APF Entreprises ‘?

APF Entreprises 5

Le Stand APF Entreprise

W.B. :  » C’est celle en tous cas, qu’on m’a inculqué au sein d’APF Entreprises et que, j’espère, que je t’ai transmise Edwige ?  Elle s’interrogeait justement de savoir pourquoi, puisque l’on est une association, pourquoi est-ce qu’on a de l’argent, pourquoi est-ce qu’on a des entreprises?…  »

Edwige Daniel :  » Oui, et surtout pourquoi participer à un tel Salon  alors qu’on pourrait investir dans d’autres choses ? Pour moi, c’est une problématique que j’essaie encore de résoudre dans mon mémoire. Donc c’est intéressant en soi, parce que j’ai pu constater aujourd’hui que les gens venaient vers nous pour demander des renseignements, donc que ça peut-être permettre de déclencher l’insertion d’autres personnes en situation de handicap et  … ça c’est bien!

D’ autre part, quand on voit la réalisation, la fierté de toute l’équipe qui a participé à la mise en œuvre de ce Salon, c’est positif. Cela permet de véhiculer une idée d’ouverture et de dynamique du secteur handicap…L’intérêt de ce Salon est aussi de faire découvrir tous les métiers et compétences des Entreprises du réseau APF Entreprises.  »

R.E. :  » Et qu’est-ce que le fait que ce soit les Echos qui organise a apporté à ce Salon ? J’ai des retours de plusieurs autres structures et il semble qu’il y a une différence quand-même. Qu’en pensez-vous ? « 

W.B. :  » Le fait que ça a été organisé par les Echos, je trouve que cela a réellement professionnaliser le Salon et c’est vraiment l’avantage. Ils amènent un savoir-faire, des compétences et un carnet de relations qui n’existaient pas en fait avant dans le secteur. Et ce qui est vraiment une vérité, c’est que le secteur a besoin de professionnalisation. Il a été biaisé longtemps par des acteurs qui relevaient plutôt, entre guillemets, de l’amateurisme, ce qui a pêché, pour la visibilité…  »

R.E. : « De même pour ce qui est de l’image… « 

W.B. : « Exactement, pour nous c’est une aubaine, parce qu’on était justement sur une Apf Entreprises 2volonté d’avoir une image plus moderne, plus forte, plus légitime du coup car plus authentique et en rapport avec les attentes actuelles de modernité… Et ce Salon nous a permis justement de véhiculer cette image, parce que nous l’accompagnons depuis la première édition.

Nous avons, en effet, été sur la préparation des tables rondes, des conférences, tout ce qui relève du comité stratégique.

Nous étions également sur la partie accessibilité en mettant à disposition nos ressources ainsi que de notre savoir-faire notamment via la sollicitation de nos établissements pour différents types de prestations. En contrepartie, nous avons pu bénéficier d’un très bel espace qui nous assure de pouvoir redynamiser et réactualiser notre image et apporter un meilleur éclairage sur le fait que le handicap est capable d’être vecteur de performances et casser ainsi les préjugés.  »

R.E. :  » Vous me disiez plus tôt que vous avez participé aux tables rondes qui ont permis la mise en place de ce Salon. Pouvez-vous m’en dire un peu plus sur l’envers du décor, son organisation en amont ? « 

APF Entreprises 4

Farid MAROUANI -Directeur des Opérations APF Entreprises

W.B.  » En effet, en tant que partenaire institutionnel, nous avons participé au « Comité Scientifique » mis en place depuis cet automne et qui donné lieu à toutes les conférences, les ateliers et les plénières auxquels nous avons pu assister aujourd’hui. Farid MAROUANI, notre Directeur des Opérations était en première ligne pour aider à préparer la définitions les ateliers, des conférences et des cycles qui étaient au nombre de 4 cette année: Sensibilisation, Achats Responsables, Emploi et Parcours expert.

L’idée était de réfléchir à l’apport en compétences et en expérience de chacun et leur connaissance sur le secteur. A savoir, que recherche les cibles qui viennent au Salon, les points d’actualité sur lesquels communiquer et ceux qui doivent être débattus ainsi que les sujets qui doivent être enrichis.  »

Bilan du Salon : Un succès reflet des valeurs collaboratives d’APF Entreprises

R.E. : « Et pour ce qui a été de l’organisation en interne de ce Salon. Quels étaient les enjeux ? « 

W.B. :  » Tout d’abord, ce qui m’a énormément plu dans ce salon, c’est que j’ai voulu, essentiellement privilégier le travail en interne, c’est-à-dire nos collaborateurs, nos collègues en situation de handicap, pour la création graphique, le montage du stand, le tournage des activités, la réalisation des vidéos…

APF Entreprises 3 J’ai souhaité que tout ça soit réalisé en interne, parce que j’avais à cœur un stand « 100% Made in secteur adapté et protégé » lors du Salon Handicap Emploi et Achats Responsables. C’est ce que nous avons réussi à réaliser en équipe. Nous avons travaillé en « mode projet » et avons cherché à innover en racontant une histoire tout en intégrant notre nouvelle identité visuelle, tout en attachant une valeur positive à chaque secteur d’activité.

Malgré tout le stress que peut générer l’organisation d’un événement de cet acabit, il s’agit réellement d’un véritable succès au final et le bilan est très positif pour les équipes de tous les établissements ayant contribué à faire de cette édition annuelle du Salon du Handicap un véritable succès« 

APF Entreprises : la diversité au cœur de l’innovation !

Site APF Entreprises

Raïssa EYA’AN

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s