SNCF : Achats solidaires et RSE

La direction des Achats Solidaires de la SNCF a depuis 2008, décidé de s’engager fortement et d’adopter une stratégie d’achats en accord avec la RSE. Ainsi, lors des Super Informelles 2017, organisées par HANDECO, une AMBITION de 30 millions d’euros d’achats auprès du secteur  protégé et adapté était annoncée à l’horizon 2020. Qu’en est-il aujourd’hui ?il est opportun de faire un bilan. Rencontre avec Martine TUCAKOVIĆ, Responsable Achats solidaires à la Direction des Achats de la SNCF  et plus particulièrement dans une direction déléguée RSE, pour un point édifiant…

Un bilan mitigé

La question est posée d’emblée : « Qu’en est-il de l’atteinte de cette AMBITION? »

Martine TUCAKOVIC

Martine TUCAKOVIĆ Responsable des Achats Solidaires à la SNCF

Aujourd’hui en responsabilité dans l’univers des achats dans lequel elle évolue depuis plus de vingt ans, Martine TUCAKOVIĆ ne doit sa réussite qu’à sa volonté, sa ténacité et son envie d’évoluer. Dynamique et engagée, cette femme atypique, a décidé de mettre consciemment, son authenticité et son énergie à faire évoluer le regard des acheteurs sur les fournisseurs des  secteurs solidaires. Le travail de son équipe consiste à mettre en place, au sein du groupe SNCF, les process incitant les acheteurs à favoriser les achats solidaires. La tâche est loin d’être aisée car il semble difficile d’impliquer les acheteurs dans cette démarche de manière générale. Les moyens et outils ont pourtant été mis en place pour faciliter leur travail, leur démarche et leurs mentalités.

 » Les Achats solidaires au sein de la SNCF, sont faits auprès de structures de l’ESS qui emploie les personnes éloignées de l’emploi, c’est-à-dire les personnes sans emploi depuis plus de 12 mois et des personnes en situation de handicap. Les choses avancent: Le COMEX a validé cette ambition, des familles ont été ciblées, des outils comme des formations seront mises en place prochainement avec notre partenaire HANDECO, ce qui je l’espère boostera encore plus rapidement nos achats. »  Martine Tucakovic

Tout d’abord des formations ont été définies et mises à disposition afin de faire connaitre les secteurs du handicap et de l’insertion. D’autres part, des conventions de partenariats ont été signées dans l’optique de promouvoir les activités proposées tant par le secteur protégé et adapté que par celui de l’insertion.

Un Guide des Achats-solidaires » a égalemengt été rédigé et mis à disposition de l’ensemble des acteurs du groupe SNCF.

En outre,  un outil permet d’avoir la connaissance des futurs marchés et de positionner ainsi un objectifs. Un autre, permettant le reporting des Achats Solidaires grâce à une codification spécialeest à la disposition des Acheteurs. Il est pragmatique, car facilite le pilotage  des objectifs fixés. Martine TUCAKOVIĆ oriente et accompagne les acheteurs vers des fournisseurs des secteurs protégés et adaptés et de l’insertion et entretient un contact permanent avec les acheteurs.

L’alerte est donnée

Au regard des chiffres, force est de constater qu’à l’instant T, les engagements pris ne sont pas encore au rendez-vous.  En effet, à fin mai 2018, le montant des achats dans les secteurs adaptés et protégés et celui de l’insertion atteint étant de 6 millions d’euros, il n’a que très peu évolué par rapport à l’année 2017. On est donc encore bien loin de l’objectif fixé en septembre dernier. Il semble donc que les résultats seront, peu ou prou, identiques à l’année 2017, soit à 16 millions d’euros... L’alerte est donc donnée par Martine TUCAKOVIĆ afin de redresser la barre ou, tout du moins essayer, d’améliorer les performances.

VISUEL SNCFCependant des actions process ont d’ores et déjà été mis en place pour améliorer les résultats.

Un process favorisant la co-traitance a également été élaboré et déployé. Ce dernier consiste à motiver les fournisseurs de rang1 à trouver des fournisseurs dans ces secteurs et de les positionner sur les marchés SNCF.

Enfin un principe d’objectivation est en place, mesurable via un outil interne permettant de centraliser tous les achats réalisés par les différentes entités « Achats » de la direction des Achats.

Des innovations pour évoluer

SNCFLa question majeure de ces résultats est bien sûr la cause. Quels sont les freins ou blocage à l’atteinte de ces objectifs qui ne représentent pas un volume d’achats considérables pour un mastodonte tel que la SNCF ? Plusieurs causes sont identifiées et des moyens mis en place pour faciliter le changement.

Le manque de connaissance des compétences du secteur protégé et adapté tout d’abord, est l’un des problèmes fréquemment rencontrés.

L’équipe Achat Solidaire a développé un Guide des Achats Solidaires, récemment publié sur le Wiki interne à la SNCF et dans  Digidoc qui est la docuthèque de la SNCF. L’ensemble des réponses aux questions ou problèmes rencontrés est ainsi accessible à l’ensemble des acheteurs au niveau national.

D’autre part, il semble que l’appréhension de « se tromper de fournisseur  » est également l’un des freins. Il est vrai que, « faire appel à des fournisseurs que l’on connait » est humain, parce que rassurant. Alors que dire lorsqu’un nouveau marché s’ouvre ? Ne serait-ce pas la bonne occasion d’en essayer de nouveaux ?  Pour pallier à cette méconnaissance du secteur et également rassurer les acheteurs sur les compétences et le professionnalisme des entreprises du secteur protégé et adapté, un programme de formation en présentiel est programmé. Elles seront délivrées par Handeco par groupes de 10/12 personnes et s’adresse directement aux Acheteurs. L’objectif étant de s’inscrire dans la pérennité afin de tous les sensibiliser.

Le dernier et non pas des moindre, frein reste cependant les préjugés ! Ils ont effet, la dent dure et surtout le sujet reste tabou, peut-être parce qu’ignoré simplement.

Comment déconstruire un préjugé si l’on n’en a pas conscience ?

Il est donc notable que le service des Achats solidaires de la SNCF déploie énergie, outils et process pour améliorer les performances d’Achats Solidaires du groupe. Cela est sans conteste louable. Cependant, force est de constater qu’il s’agit avant tout d’une démarche personnelle de chaque Acheteur au sein des entreprises. L’humain reste donc au cœur du problème, mais ne s’agit-il pas également d’un problème de société ? Celui de l’inclusion.

Sncf, rapprochons-nous !

Raïssa EYA’AN

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s