Didask : Désapprendre pour mieux réapprendre

A l’orée des vacances l’heure est propice à un bilan de ce voyage entamé en janvier à travers le milieu protégé et adapté, via ses acteurs, mais également des établissements, privé comme publics. Il est notable qu’il a beaucoup été question de RSE, au fil de mes interviews et de ces rencontres humaines. Cette Responsabilité Sociétales des Entreprises désignant la prise en compte des enjeux environnementaux, sociétaux et éthiques est en effet au cœur des politiques et stratégies et à juste titre. Il est également remarquable que, tant dans le public que dans le privé, les objectifs fixés, notamment en termes d’Achats et d’embauche ne sont pas atteints. Des freins multiples, tels que les habitudes, les peurs ou les préjugés persistants, freinent une évolution sociale qui se voudrait plus dynamique à l’ère du « tout numérique ».

Des pistes d’amélioration, notamment via des formations sur différents supports sont ainsi programmées, mais les problématiques d’efficacité des formations restent une réflexion aussi bien chez les pouvoirs publics qu’au sein de entreprises du privé. Ainsi, les formations sur support digital se développent, car elles proposent une autonomie et une complémentarité voire une alternative aux formations en présentielle. L’une d’entre-elles, Zest, précédemment évoquée dans l’article sur Lemon Adds  est la première à proposer un e-sensibilisation pour déconstruire les préjugés sur le handicap au travail. Cette formation en ligne a été déployée en partenariat avec Didask, jeune structure se positionnant comme novatrice de par sa méthodologie bénéficiant d’un ancrage scientifique unique.

L’application de la recherche pour une efficacité testée

Visuel DIDASK1L’accueil des 3 membres de l’équipe, qui me reçoivent est, sans conteste, l’un des plus chaleureux qui m’a été réservé au sein de cette jeune structure en plein essor. A la tête de cette PME dynamique et innovante, trois associés : Thierry LY, Arnaud RIEGERT et Abdou MOURAHIB. Créée en 2015, Didask est née de la volonté de 2 chercheurs passionnés d’éducation et engagés en faveur de l’égalité des chances. Leur objectif d’alors était de faciliter la création et la diffusion de parcours de formation en ligne efficaces et ainsi permettre une meilleure insertion professionnelle pour les jeunes et une meilleure employabilité pour les moins jeunes.

 » La mission de Didask est de montrer que tout le monde est capable de bien apprendre, si on lui donne les bonnes méthodes.  » Abdou MOUHARIB, ci-fondateur et directeur développement.

Leur particularité est de repenser l’éducation et la formation en s’appuyant sur les sciences cognitives et en particulier la psychologie cognitive.

Leur méthodologie, S’appuie sur une veille de ce qui se fait de mieux en matière de stratégies d’apprentissage dans la recherche permettant de réellement monter en compétences. Ces stratégies d’apprentissages sont ensuite traduites en outils et méthodes pour conseiller les organisations (enseignement  supérieur ou formation professionnelle).

Il s’avère que les résultats de la recherche révèlent que la plupart de nos habitudes d’apprentissage sont contre-productives. Pour mieux apprendre, il nous faut donc déconstruire les idées ancrées très profondément en chacun de nous. Rendant accessibles et opérationnelles ces résultats, la plateforme Didask a été conçue et déployée pour aider les formateurs et les apprenants à adapter leurs habitudes et à mettre en pratique les recommandations de la recherche afin d’ obtenir les meilleurs résultats en les appliquant dans l’ergonomie, le design et les contenus de l’outil.

Visuel Didask PlateformeDe fait, le moment d’apprentissage devient ludique tout en étant dénué de culpabilisation ou de jugement et donc plus constructif.

De même le principe bien établi dans la recherche selon lequel « l’on apprend en se testant, en faisant l’effort de mobiliser son cerveau », a également été mis en application pour favoriser la mémorisation des connaissances. Dans le jargon des professionnels, il s’agit de « l’Effet Testing »: c’est précisément au moment où l’on se trouve en situation de remobiliser un savoir et donc de se questionner, se tester, que l’on apprend.

L’Universalité de l’apprentissage comme socle méthodologique

Visuel Didask 3

Etrangement, les sciences cognitives sont fréquemment abordées comme une nouveauté, alors qu’en réalité, l’on revient à des fondamentaux, m’expliquent Agathe, Philip et Abdou. Didask défend cette notion de revenir aux fondements de ce que nous sommes, pour apprendre de la manière la plus naturelle et donc la plus efficace. L’apprentissage fonctionne par la répétition, en se testant et en revalidant les hypothèses: c’est le principe de la vie en somme. En respectant ces fondamentaux, Didask vise à induire un changement véritable, une évolution réelle :Le but est d’etre capable de faire face à des situations auxquelles on ne pouvait pas répondre auparavant.l’équipe de Didask est bien d’induire un changement véritable, une évolution réelle.

Bien que revenir à des méthodes d’apprentissage naturelles semble simple, cela est beaucoup plus complexe en réalité à mettre en pratique.

  » Chacun développe, des croyances tenaces qui de par leur ancrage, induisent un frein à l’assimilation d’une nouvelle méthode d’apprentissage. Par exemple, en arrivant chez Didask, je pensais être plus efficace quand je travaillais au dernier moment ou qu’il me fallait du Stabilo pour mieux mémoriser. Ou encore que j’avais une mémoire auditive, une mémoire visuelle… Nous existons pour aider les gens à changer leurs habitudes, que ce soit du côté des apprenants que des enseignants ou formateurs.  » Agathe LEPROUX- Responsable dévelopemment

Visuel DIDASK 280 % de la plateforme  repose sur des cas pratiques, prenant ainsi à contre-pied la majorité des formations actuelles. L’apprenant est plongé dans un univers particulier de tests, et en situation de traiter des cas pratiques sans se lasser.

La construction du savoir se fait en testant sa compréhension, cependant, le fait de se tester régulièrement induit une remise en question et une lucidité sur ses difficultés qui peut froisser certains égos. De même, la peur du jugement, de la note sont parfois appréhendés à l’évocation du test. Pour lever ce frein à l’apprentissage, le parcours d’apprentissage a été conçu sans culpabilisation, mais pour inciter à corriger ses erreurs et à aller chercher la réponse correcte dans les ressources à disposition. Cette approche bienveillante est d’autant plus nécessaire lorsqu’il faut sensibiliser sur les préjugés.

« Dans la conception de zest, nous avons travaillé sur la déconstruction des préjugés. Ces derniers viennent du fait que notre cerveau va spontanément construire des représentations simples pour fournir un effort moins important, lorsqu’il est confronté à de nouvelles informations. Notre cerveau cherche en permanence à se faciliter la vie. Par exemple, l’on associe handicap à fauteuil roulant de façon spontanée… La particularité de cette sensibilisation est de ne pas être orientée sur le jugement, culpabilisant. Nous avons tous des préjugés, simplement parce que notre cerveau fonctionne comme cela. L’intérêt est de s’en rendre compte, parce que même si le préjugé ne cesse pas totalement, la prise de conscience induit une distanciation consciente. Déconstruire ses préjugés implique un changement dans ses réflexes dans sa manière de penser. L’un des préjugés les plus répandu est justement lié à l’apprentissage : on a tendance à penser que l’on n’apprend pas tous de la même manière et donc que l’on ne peut pas tous arriver au même niveau de compétences… «  Philip MOORE, ingénieur pédagogique.

La pédagogie Didask allie donc des contenus aidant l’apprenant à éprouver ses connaissances, ses préjugés et ce sans jugement de manière ludique.

Désormais forte  de plus d’une trentaine de clients et de 20 000 utilisateurs, Didask entamme un tournant évolutif. Ses membres , en perpétuelle recherche et développement de leur outil  réfléchissent à la meilleure manière d’intégrer l’IA (Intelligence Artificielle) dans leur plateforme , notamment pour aider les formateurs et enseignants dans la construction de leurs formations. Affaire à suivre donc…

Didask, le tester c’est apprendre pour évoluer !

Site Didask

Raïssa EYA’AN

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s